13 février 2024 nicolas

La garantie constructeur, cette arme de destruction massive

Ce message est également disponible en : English Deutsch

Sur notre difficile  chemin pour commercialiser le nitiFilter®, nous rencontrons plus que de besoin un obstacle sérieux, la fameuse garantie constructeur. Nous savions évidemment en nous lançant dans une telle démarche que ce serait une des difficultés à surmonter, mais ce qui est proprement fascinant, c’est que cet obstacle surgit même lorsqu’il n’est pas là, tellement c’est un réflexe primitif de la plupart des acteurs.

Une garantie sous conditions

En effet, ne nous leurrons pas, la garantie constructeur s’applique uniquement dans conditions qui sont dans les faits difficiles à respecter tant pour le quidam que pour le plus rigoureux gestionnaire de flotte. Outre les conditions de durée ou de kilométrage, qui exclues déjà d’office la majorité de n’importe quel parc, les conditions spécifiques peuvent être subtilement complexes à garantir… ne serait-ce que parce qu’elles dépendent directement du carnet d’entretien d’un véhicule et que celui-ci peut varier suivant les modèles, options, année, lieu de fabrication. C’est bien d’ailleurs une des difficultés des réseaux d’entretien indépendants ( Norauto, Feu Vert, Speedy, Midas & co ) pour vous assurer une continuité de la garantie lorsque votre voiture passe en entretien chez eux : ont-ils bien respecté le carnet d’entretien de votre véhicule ( et pas celui de ce type de modèle ) ?
si vous êtes gestionnaire d’un parc, êtes-vous sur que tous les appoints d’huile ont été fait avec la bonne huile ? Si vous gérez l’entretien en interne, avez-vous la capacité de stocker effectivement toutes les huiles recommandées par chacun des différents constructeurs ou avez-vous une ou deux cuves avec les huiles qui vont bien ( ex une 5W30 et une 15W40 )… mais ne sont pas les huiles constructeurs  ?

In fine, dans l’immense majorité des cas, nos interlocuteurs sont totalement en-dehors des conditions tatillonnes d’application de la garantie constructeur, si ceux-ci étaient de bonne foi or …

Le paradoxe de la garantie qui ne garantit pas grand chose

Si vous avez déjà essayé de faire prendre un charge une quelconque panne par la garantie constructeur, vous savez que c’est très loin d’être une sinécure, et que ce dernier fera preuve d’un zèle à toute épreuves pour trouver toutes les astuces et roublardises lui permettant de se défausser de sa responsabilité. Evidemment je ne parle pas des rappels constructeurs mais bien de la prise en charge de ces pannes :

  • dont vous retrouvez de nombreux cas similaires un peu partout ( coucou les moteurs Puretech 1.2 et Renault TCE mais voir par ex.Cour d’appel Versailles CH. 03 19 décembre 2013 N° 12/04826 )
  • ou qui pointent leur nez comme par hasard pas trop longtemps après la fin du forfait d’entretien que vous vous êtes fait refourguer à l’achat du véhicule.
  • dont vous étiez convaincu que la prise serait automatique, mais vous ne saviez que lors d’un entretien, l’huile n’était pas Total mais Esso ou l’inverse ou n’importe quel autre prétexte ( CA Montpellier CH. 02 19 mars 2013 N° 11/08576 )

…Entre ce que vous imaginez et la réalité, l’écart peut être immense et la prise de conscience douloureuse

La garantie qui fige au lieu de préserver

Imaginez alors que vous apportiez une solution comme le nitiFilter®, qui protège les moteurs. En pratique vous devez affronter cet épouvantail primitif , voir virtuel ( parce uniquement dans la tête, en pratique les conditions ne sont pas respectées ), qui donne l’illusion de protéger mais dont l’efficacité in fine est faible et auquel on accorde néanmoins un pouvoir magique … magique ou plutôt maléfique car il ensorcelle ceux qui y croient au point que, même avec de multiples exemples de cette absence de protection, nous croisons toujours des interlocuteurs qui n’imaginent pas un instant pouvoir passer « au-dessus » :

  • plusieurs mois de conflit avec le constructeur sur plusieurs véhicules… pas de problème, la garantie est toujours clé et indispensable…
  • fantasmer qu’installer un élément sur la filtration moteur pourrait faire tomber la garantie sur la boite de vitesse, les roulements ( insérer ici votre truc le plus improbable )…

Ainsi, paradoxalement, vous rejetez une solution, qui vous protège vraiment, pour une chimère.

Garantie : la destruction plutôt que la protection

Ainsi, sous le prétexte – qui leur est certes imposée – de la protection du consommateur, les constructeurs usent et abusent de leur pouvoir pour préserver leur chasse gardée, et forcer leurs clients à des choix cornéliens : ne rien faire ou perdre la « garantie ».

Ainsi vous voulez passez au bioEthanol E85, et bien il vous faudra un boitier flexFuel mais qui devra avoir été homologué sur cette classe de véhicule … la planète elle attendra bien que tous les modèles soient disponibles…Plus ridicule encore, si vous avez une voiture de société et que vous voulez  réduire significativement votre TVS ( ça peut faire plus de 1000€ / an ), et bien vous serez bloqué par votre contrat d’entretien / de leasing même site le boitier est homologué !

Vous voulez économiser quelques k€ et quelques dizaine de tonnes de CO2 sur votre flotte de camion, économies qui vous permettrait d’investir plus vite vers des solutions plus propres… mais vous n’y pensez pas mon bon monsieur, et la garantie alors ?

Ce message est également disponible en : English Deutsch

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Articles les plus lus